25 mai, 2013

Comentário sobre a comunicação do GdA junto da CADHP: Regime jurídico dos tratados celebrados entre Portugal e o povo de Cabinda.

Classé dans : Politique — cabinda @ 22:00

Face à la désinformation à laquelle nous vivons et à l’obscurantisme entretenu par les forces du mal, le Peuple de Cabinda, les internautes et les observateurs de la question du Cabinda ont le droit à l’information. Voilà pourquoi, ces fichiers audios inédits sont mis à la disposition du public.

Perante a campanha de desinformação em que vivemos e o obscurantismo entretido pela forças do mal, o Povo de Cabinda, os internautas e observadores da questão de Cabinda têm  o direito de serem informados. Eis porque, estes ficheiros audios estão sendo divulgados.

COMENTÁRIO SOBRE A COMUNICAÇÃO DO GdA JUNTO DA CADHP EM CONSEQUÊNCIA DAS QUEIXAS DAS ORGANIZAÇÕES CABINDAS

Commentaires sur deux des communications du GdA auprès de la CADHP consécutivement aux plaintes des organisations cabindaises

Comentário sobre a comunicação do GdA junto da CADHP: Regime jurídico dos tratados celebrados entre Portugal e o povo de Cabinda. dans Politique law

 

VALIDADE DO TRATADO DE SIMULAMBUCO

Tratado esquecido por Portugal :  

Lien d’un autre site à consulter http://cabinda.populus.ch/

 

1 février, 2013

Réplique d’organisations cabindaises à l’Avis adressé par le Gouvernement angolais à la CADHP.

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 7:51

Réplique d'organisations cabindaises à l'Avis adressé par le Gouvernement angolais à la CADHP. dans Politique ranque_franquepresid_cgsne-210x300 dans Politique

ÉCOUTEZ LES SÉQUENCES DE CABINDAWEBRADIO POUR VOUS INFORMER

SUR LES FONDEMENTS DE LA QUESTION DU TERRITOIRE OCCUPÉ DU CABINDA

Comme nous l’avions annoncé aux visiteurs du site, voici la première de couverture de la réplique du collectif d’organisations cabindaises à l’Avis du Gouvernement de la République d’Angola relatif aux plaintes sur des cas de violations des droits de l’homme au Cabinda, introduites auprès de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (Union Africaine) par différentes organisations cabindaises.

Ce document est publié sous forme d’ouvrage que vous pourriez acheter en adressant un mél à l’adresse suivante : frente.libca1963@laposte.net.

replique_cab11

Ce document, de plus d’une centaine de pages, est une réponse au « déniement », par le gouvernement de l’Angola (GdA), du droit du Peuple du Cabinda à l’autodétermination, et à la désapprobation du travail orienté et partisan du prof. Carlos Blanco de Morais, qui a servi de base à l’argumentaire de la communication adressée par le GdA à la CADHP en avril 2012.


*****************************************

Como o tinhamos anunciado aos visitantes do site, eis aqui a capa da réplica do Coletivo das organizações Cabindas ao parecer do Governo da República de Angola em relação às queixas sobre casos de violações dos direitos humanos em Cabinda, introduzidas junto da Comissão Africana dos direitos humanos e dos Povos (União Africano) por diferentes organizações de Cabinda.

Este documento foi publicado como livro que poderá ser adquirido enviando um e-mail no seguinte endereço: frente.libca1963 @ laposte.net.

Este documento, que tem mais de 100 páginas, é uma resposta a recusa do governo de Angola (GdA), em reconhecer o direito do Povo do território de Cabinda à autodeterminação, assim como à desaprovação do trabalho orientado e partidário do Professor Carlos Blanco de Morais, que tem servido de base para os argumentos da comunicação enviada pelo GdA para a CADHP em abril de 2012.

 

20 décembre, 2007

Pétition adressée aux Nations Unies (Octobre 2006 et janvier 2007)

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 9:54

01_Voz cabindawebradio

Pétition adressée aux Nations Unies (Octobre 2006 et janvier 2007) dans Politique Logo_CabindawebradioRADIO em streaming.

 

SIMULAMBUCO (Clique para ouvir a canção) ——> « Quando o colonialismo português estabeleceu-se no nosso Povo, este era formado por três reinos. E em 1885 que o « Colono » e os Cabindas assinaram um acordo, o acordo de Simulambuco hoje esquecido por Portugal« .

Pourquoi ce Webradio « A Voz de Cabinda Livre » (Clique para ouvir em streaming)

Comunicação à CADHP (Clique para ouvir em streaming)

Carta aberta (Clique para ouvir em streaming)

Carta ao presidente português Cavaco Silva (Clique para ouvir em streaming)

Petition (Clique para ouvir em streaming)

Comunicado da FLEC-Original em Janeiro de 2010

Comunicado legislativas 2008

Carta ao presidente angolano (2009)

Quem trouxe a guerre em Angola (Clique para ouvir em streaming)

A verdadeira origem do presidente angolano (Clique para ouvir em streaming)

 

Message du FLEC-Originel et de son CGSNE au Peuple de Cabinda

L’année qui vient de s’achever n’a pas été reluisante pour la lutte de notre peuple. Des évènements malheureux et fort regrettables concoctés par un certain groupe d’illuminés qui n’ont pas un seul instant mesuré les conséquences et effets collatéraux de leurs actes, ont jeté le doute et le discrédit, peut-être pour longtemps, sur le bien-fondé des revendications de celui-ci, compromettant ainsi les perspectives pour une solution juste et durable de ce contentieux colonial pour lequel l’Etat portugais (ancien pays colonisateur) reste et demeure à nos yeux et ceux des observateurs avertis, le seul responsable. Point n’est besoin d’avoir été dans une école de sciences politiques pour le comprendre.

Le chemin vers la liberté est long, difficile et semé d’embûches. Face aux difficultés, il n’y a pas lieu de céder au désespoir bien que dans notre cas, les choses ne soient pas faciles à dénouer vues les contingences internes et externes.

C’est l’occasion pour chacun de nous de méditer sur les errements du passé afin de mieux projeter l’avenir pour sortir notre peuple du bourbier dans lequel il a été plongé sans démagogie, calculs politiciens ou d’affairisme.

Aussi, en ce moment crucial de l’histoire de notre peuple en quête, comme tous les autres peuples du monde, de liberté et de justice, il importe de savoir comment contribuer positivement à la sauvegarde des droits légitimes de ce peuple martyrisé, spolié, désabusé et trahi voilà bientôt plus de 35 ans par ceux-là mêmes en qui il avait placé sa confiance.

Rien n’est immuable dans cette terre des hommes car, la dialectique nous enseigne que tout est changement et mouvement.

Les autorités angolaises doivent comprendre qu’aujourd’hui les peuples aspirent à plus de liberté (y compris celui de décider de leur devenir qui reste une donnée constante), à plus de justice sociale, de transparence dans la gestion de la chose commune, une meilleure répartition des richesses, à l’instauration d’une véritable démocratie dans la vie politique, luttant contre la vie chère, le chômage, l’enrichissement illicite, la vie ostentatoire des dirigeants, la corruption, les excès et abus de pouvoir et autre fléaux qui caractérisent la société d’aujourd’hui, il y a lieu de faire évoluer les mentalités avant d’être rattrapées par la roue de l’histoire, maux décriés en son temps par l’un des chantre angolais du kuduro Dog Murras dans sa célèbre intitulée « Angola ».  Elles doivent comprendre, s’agissant de la question de Cabinda, elles ont tout intérêt, pour la stabilité et la paix, d’engager avec la partie cabindaise sans exclusion de telle ou telle autre tendance politique, des négociations véritables et non d’user de subterfuges aux fins de perpétuer la domination, la tyrannie et l’exploitation éhontée et sauvage dans ce territoire.

Le Peuple de Cabinda ne réclame rien d’autre que la reconnaissance et la restitution de ses droits légitimes usurpés par la force et la ruse. Là où il y a obscurité, il faudra faire de la lumière afin de placer les choses à l’endroit. Le droit et la raison finissent toujours par triompher sur l’obscurantisme, la désinformation et le mensonge.

Ne cédons pas à la peur et restons debout et mobilisés car, Cabinda nous appartient et le droit est de notre côté.. 

Voilà pourquoi il faut garder espoir.

Gloire immortelle à tous les martyrs de la lutte de notre Peuple. 

Vive le Peuple de Cabinda.    

Vive le Cabinda. 

****************************************************************************** 
====================================================================

COMMUNIQUÉ A L’ATTENTION DE LA COMMUNAUTÉ CABINDAISE DE FRANCE

lalindapenapitrafranque.jpgLaure-Isabelle LALINDA PITRA PENA (2 juin 1961 – 26 octobre 2010) 

***************************************************************

 

 

 

Eco das negociações de 1992 com o Governo angolano

1- Extracto da declaração do Presidente angolano JES nas ondas da Rádio Nacional de Angola ;

2- Proposta da delegação conjunta FLEC-UNLC ao Governo ;

3- Acta final das negociações com o Governo

4- Declaração de Feijó na saída dessas negociações 

5- Comunicado do comité da FLEC em Cabinda

6- Viagem de Luís Ranque Franque em Cabinda (1992) : o seu pensamento

7- A questão de Cabinda (Carta aberta)- Parte 1- Parte 2- Parte 3- Parte 4

8- Carta ao presidente português Jorge Fernando Branco de Sampaio (Setembro de 2005)9- Conteúdo da petição às Nações Unidas (2007, 2008, 2009) – Pétition aux Nations Unies 10- Posição do CGSNE sobre o memorando do entendimento (2007)11- Comunicado da FLEC e do CGSNE por ocasião das legislativas em Angola (2009)12- Comunicado da FLEC na sequência dos acontecimentos da CAN (2010)13- Cartas ao presidente angolano14- Carta ao Presidente português Aníbal António Cavaco Silva (2010)******************************************************************************memoria.jpg prisonniersopinion.jpgcabindaactivistas11.png

S.O.S. / HELP POUR CES PRISONNIERS D’OPINION – PARA ESTOS PRESOS DE CONSCIENCIA - FOR THOSE PRISONERS OF CONSCIENCE  

PRESOS SÓ POR TER-SE ATREVIDO, PELA DEFESA DOS SEM VOZ, A FALAR E PENSAR DE FORMA DIFERENTE AO PENSAMENTO OFICIAL.

DETENIDOS SOLAMENTE POR HABER TENIDO LA AUDACIA, EN LUGAR DE SIN VOZ, DE HABLAR Y PENSAR DE OTRO MODO QUE EL PENSAMIENTO OFICIAL.

ARRETÉS SEULEMENT POUR AVOIR OSÉ, EN LIEU ET PLACE DES SANS VOIX, PARLER ET PENSER DIFFÉREMMENT DE LA PENSÉE OFFICIELLE.

ARRESTED ONLY FOR DARING,  ON BEHALF OF THE SPEECHLESS, TO SPEAK AND THINK DIFFERENTLY FROM THE OFFICIAL THOUGHT.

Tratado esquecido por Portugal :  

Uma terra sem liberdade é escravatura :

Presença de 50 mil militares :

Quem é o que disse que o petróleo não é nosso

Leur objectif c’est le capital :

Assumir as nossas responsabilidades

 

Uma das recomendações de Luis Ranque Franque :

 

 Apelo à Comunidade Internacional :

==========================================================

imageberlin1885.jpg  wall5295874.jpg cartecabindaangola.png

Pétition adressée aux Nations Unies (Octobre 2006 et janvier 2007)

 Dans ce document de près d’une cinquantaine de pages, y compris les annexes (partie réservée à la violation des droits de l’homme au Cabinda), le Président Luis Ranque Franque qui en est le signataire principal, interpelle les organes délibératifs et spécialisés de l’Organisation des Nations Unies (ONU) en sa qualité d’agent protecteur des Territoires Non Autonomes (TNA), garante de la légalité et de la paix internationales, tout comme l’Etat portugais, en sa qualité de puissance administrante légale de Cabinda et l’Angola, pays qui, depuis novembre 1974, occupe illégalement ce territoire, sur un certain nombre de points de droit pour lesquels un avis de la CIJ est sollicité.

sgonu.jpg

BATTERIE DE QUESTIONS POSÉES A
LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE
 

QUESTION N° 1

Précision sur le statut international exact du Territoire de Cabinda, à la lumière des éléments énumérés ci-après …….. 

 

QUESTION N° 2

La licéité de l’article 3 des accords d’Alvor du 15 janvier 1975, enregistrés par le Secrétariat Général des Nations Unies, à la lumière des éléments énumérés ci-après ………… 

 

QUESTION N° 3

La valeur juridique desdits accords, plus particulièrement en ce qui concerne l’article 3 comme acte de cession et son applicabilité au Territoire Non Autonome de Cabinda ce, à la  lumière des éléments énumérés ci-après ……. 

 

QUESTION N° 4

Si, pour n’avoir pas mené la décolonisation du Cabinda (enclave de Cabinda) à son terme, les obligations découlant des articles 73 et 74 de la Charte des Nations Unies restent toujours valables en ce qui concerne ce territoire. 

 

QUESTION N° 5

Si la responsabilité, découlant du transfert des compétences administratives du Portugal à la République d’Angola en vertu de la succession d’Etats (article 3 des accords d’Alvor du 15 janvier 1975), y compris les engagements stipulés aux articles 73 et 74 de la Charte des Nations Unies incombent toujours au Portugal ou, depuis les accords de cession d’Alvor, à l’Angola, ou aux deux pays à la fois. 

 

QUESTION N° 6

Si concernant Cabinda, l’Etat Portugais et / ou la République d’Angola (du fait de la succession d’Etat) ont toujours vis-à-vis de ce territoire, l’obligation de communiquer ou de continuer à communiquer au Secrétaire Général et au Comité Spécial les renseignements visés à l’article 73 du Chapitre XI de la Charte des Nations Unies. 

 

QUESTION N° 7 : 

Si, en fonction des réponses apportées aux questions précédentes (1 à 6), la responsabilité visée dans les résolutions 2621 (XXV) et 35/118 incombant à l’Assemblée générale est toujours d’actualité et applicable au Territoire de Cabinda et par ailleurs, si les organes compétents des Nations Unies devront à l’avenir inviter le Portugal et / ou la République d’Angola de continuer à transmettre au Secrétaire Général les renseignements demandés en vertu de l’article 73 de la Charte aussi longtemps que le peuple de ce territoire n’aura pas exercé son droit à disposer de lui-même, conformément à la Charte et, plus particulièrement, à ses buts et principes. 

En sus de sept questions posées à la Cour Internationale de Justice en vertu du pouvoir d’auto-saisine reconnu aux Nations Unies (Assemblée Générale et Conseil de Sécurité) par l’article 96 de la Charte, il a été aussi sollicité que les Nations Unies reçoivent comme pétitionnaires de Cabinda, une délégation des signataires de ladite pétition conformément aux stipulations de plusieurs résolutions pertinentes y relatives adoptées à cet effet par l’Assemblée Générale des Nations Unies.%3

7 février, 2017

Content of the letter sent by the CNM to H.E. Mr. Donald Trump the newly elected President of the United States of America.

Classé dans : Politique — cabinda @ 21:19
CABINDA: An African People and Nation Betrayed by U.S.A.
The oppressed People of Cabinda have reasons to feel betrayed by the United States ofA merica and by US Oil Companies operating in Cabinda since the early 1950s, mainly inview of the US National Security Memo 200, dated April 24, 1974, under the title“Implications of Worldwide Population Growth for U.S. Security and Overseas Interests.”
A part from being robbed of several hundreds of thousands of their own crude oil on
a daily basis, the people of Cabinda are noiselessly being exterminated by means of
planned hunger (as they are forced to live on less than $1 per day), man-made lethal diseases, toxic and lethal gases, cunningly fomented and kept going conflict, etcetera.
The dying people of Cabinda are thus requesting US President Donald Trump, the Chief Executive Officers of US Oil Companies operating in Cabinda, and the American People as a whole to help end that terrifying situation for the sake of US international standing, and a more just and reasonable international political and economic order. 03 February 2017
 
For all the content of that letter, please go to the web page 

7 octobre, 2016

The Man Who Sold Goa To India Now Demands Independence For Cabinda by By Bendo Juze

Classé dans : Non classé — cabinda @ 20:11

Consulter l’article en cliquant sur ce lien

Para consultar o artigo, clique sobre esta ligação

Voilà une fois de plus démontrée l’ambivalence dans le raisonnement, une des caractéristiques
du contraste de l’homme portugais dont parlait André Malraux en octobre 1960, à l’occasion
d’un déjeuner offert au Château des Champs Elysées à Paris, déjeuner auquel prenaient part Marcello Mathias, en ce temps-là ministre des affaires étrangères du Portugal et Franco Nogueira, lorsqu »il «
disait : « J’adore le Portugal parce que c’est un pays de l’irréalisme politique».

16 septembre, 2015

Angola-Portugal : Est-ce la fin d’une relation privilégiée ?

Classé dans : Politique — cabinda @ 13:24

Angola-Portugal : Est-ce la fin d’une relation privilégiée (Seria o fim duma perceria dita estratégica ?) Cliquer sur la vidéo pour écouter un commentaire sur Euronews.Image de prévisualisation YouTube

 

8 juillet, 2015

Em Portugal só a Casa de Cabinda protesta pela detenção de activistas dos direitos humanos nesse territorio.

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 14:02

A Casa de Cabinda em Portugal transmitiu “o mais profundo repúdio” pela detenção de activistas dos direitos humanos naquela região angolana, no sábado, condena o que classifica de “atropelo à Justiça” e exige a sua libertação.

 

3 juillet, 2015

Portugal, la nueva colonia de Angola.

Classé dans : Politique — cabinda @ 6:41

Portugal, la nueva colonia de Angola (Artigo de el . confidencial).

Es en la crisis donde se ha hecho fuerte una « micro-élite forjada en las altas esferas de Angola, con la sumisión y subordinación de los sucesivos gobiernos de Portugal ».

Clique aqui para ler o artigo.

11 juin, 2015

Valse du corps professoral portugais autour de la question du Cabinda.

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 17:52

Depuis que la Commission Africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a décidé de déclarer recevable les plaintes des mouvements cabindais contre l’Angola, l’on assiste à une espèce d’agitation des milieux enseignants portugais qui, comme une caisse de résonance, ont pris le relais dans la défense des thèses gouvernementales contre les arguments avancés par les indépendantistes cabindais dans leur lutte pour la reconnaissance et l’exercice des droits du peuple du territoire colonial de Cabinda à son autodétermination et à exercer la souveraineté sur ses ressources naturelles usurpées et spoliées par l’Angola avec la complicité active de certains dirigeants de gauchistes au pouvoir entre 1974 et 1976.

Après le prof. Carlos Blanco de Morais, auteur du livre « O direito à autodéterminação dos povos – O estatuto jurídico do enclave de Cabinda » paru en 1998, commandité par M. José Manuel Durão Barroso, ami personnel du président angolais, livre dont les thèses soutenues ont été mises à rude épreuve par une cinglante réplique adressée à la CADHP par un collectif de mouvements cabindais constitué par FLEC-Originel, l’UNLC et le CNRPC, c’est au tour des professeurs Catherine Maia (Professeur à la Faculté de Droit à l’Université Lusophone de Porto) et Robert Kolb (Professeur à la Faculté de Droit à l’Université de Genève (Suisse), auteurs du livre  « Le statut international de la province angolaise du Cabinda à la lumière du droit international public » d’emboiter le pas en renfort de ce dernier. C’est la 2ème publication du livre, la première ayant curieusement été faite en janvier 2013 sous forme d’articles parus dans :

1- La Revue « VIII Anuário Brasileiro de Direito Internacional, Volume 1 | NÚMERO 14 » ;

2- L’Annuaire Français de Relations Internationales 2014, Vol. XV, publication coordonnée par l’Académie des Sciences Morales et Politiques, Université Panthéon-Assas – Centre Thucydide,

articles publiés peu avant que les membres de la CADHP n’aient statué sur les plaintes des mouvements cabindais et  dont la conclusion, loin de surprendre a été purement et simplement la suivante : « Il n’y a pas de violation de droits de l’homme au Cabinda », balayant d’un revers de main tous les rapports dressés par des institutions crédibles de défense des droits de l’homme (Human Right Watch, Amnesty International, la Commission des droits de l’homme des Nations Unies), le Département d’Etat américain, etc.

Cette prise de position éminemment politique et non juridique résulte d’un compromis négocié pour ne pas vexer les autorités angolaises et ainsi faciliter l’organisation par celles-ci, de la session d’avril 2014 devant se tenir  Luanda.

Pourquoi cet intérêt subit et autant d’aversion contre les intérêts légitimes du peuple sans défense de Cabinda pour son droit à l’autodétermination ?

 Si ceux-ci se souciaient tant du sort des peuples africains issus de leurs anciennes colonies, provinces ou territoires d’outre-mer, pour lequel le Portugal avait reçu pour mission de l’Orient « de coloniser des terres et de leur apporter les bienfaits de la civilisation », pourquoi ne pas s’appesantir et disserter sur :

  • les méfaits et crimes perpétrés par les agents de la PIDE / DGS dans les anciennes colonies portugaises d’Afrique, notamment en Angola et au Cabinda, actions à l’origine de nombreux cas d’assassinats qui ont laissé des séquelles indélébiles dans la mémoire des natifs de ces territoires ;
  • les personnes froidement assassinés par les éléments du MPLA peu avant la proclamation de l’indépendance ;
  • l’enrichissement illicite et les détournements des deniers publics par la nomenklatura du MPLA, fonds déversés dans des affaires juteuses au Portugal ou déposés dans les paradis fiscaux, transformés en pays de blanchiment d’argent au détriment du bien-être des populations locales angolaises ;
  • les violations répétées des droits de l’homme et assassinats politiques auxquels sont exposés les opposants au régime ;
  • la corruption tant au Portugal qu’en Angola, dont certains dirigeants politiques, considérés autrefois comme d’honnêtes gens, en font déjà les frais ;
  • etc…

Etre enseignant universitaire et tirer profit de cette étiquette, pour véhiculer des positions politiques à peine voilées sur un sujet d’actualité donné, ne veut forcément pas dire que l’on détient le monopole du savoir et de la vérité et que, par conséquent, ce que l’on affirme doit être pris pour parole d’évangile.

Le peuple de Cabinda qui connaît désormais qui sont ses véritables amis, saura déjouer tous les obstacles dressés sur son chemin dans la lutte pour son droit à l’autodétermination.

Rien dans ce monde n’est immuable ; tout est mouvement et changement. C’est la dialectique de l’histoire. Le régime de l’Estado Novo, comme celui des militaires du MFA (Mouvement des Forces Armées portugaises), n’ont pas échappé au vent de l’histoire.

Augusto F. Liumba.

18 mars, 2014

TALENTS LITTERAIRES DE LA DIASPORA AFRICAINE

Classé dans : Société — cabinda @ 19:34

Roman1_Hirvin_ppNous avons le plaisir de vous informer de la parution du tome 1 du premier ouvrage que le jeune Hirvin PENA-PITRA a écrit à 15 ans, un roman de la classe dite «fantasy».

Intitulé « L’HÉRITIER », cet ouvrage de 360 pages est le premier de la série au titre « L’HÉROSAQUADONE OU L’ÉPOPÉE DE FULCA L’ÉLÉMENTAL».

Pour  l’instant, bien que cette œuvre ait été retenue par deux grandes maisons d’édition, ce roman a été publié en autoédition pour son premier tirage (ISBN 978-2-35897-381-6 et EAN 9782358973816).

Vous pouvez vous procurer ce livre, au prix de 20€, en vous adressant à la Librairie « Le point de côté », 22, place Henri IV, 92150 Suresnes, Tel : 01 45 06 16 65 ou à la société 3H2Pcom sise au 44B, rue Carnot, 92150 Suresnes, Tel : 06 66 17 49 75, qui en est le dépositaire exclusif. Pour ceux qui souhaiteraient le commander, nous vous informons que les frais d’expédition sont à votre charge.

9 mars, 2014

Padre Raul Tati acusa Portugal de abandonar os cabindas.

Classé dans : Politique — cabinda @ 22:31

Lisboa : O padre Raul Tati, que lançou em 26 de fevereiro de 2014, em Lisboa, um livro sobre a Igreja do enclave, disse que os políticos portugueses « abandonaram os cabindas » e só se preocupam com o território quando estão na oposição.

Fonte: Lusa

5 mars, 2014

Angolanos à conquista de Portugal

Classé dans : Non classé — cabinda @ 12:50

Investem na banca, imobiliário, turismo, vinhos e azeite. Gastam milhares de euros nas melhores lojas e restaurantes. Segundo a Agência para o Investimento e Comércio Externo de Portugal (Aicep), entre Janeiro e Junho de 2011 os angolanos investiram 35 milhões de euros em Portugal. Não é por acaso que o presidente José Eduardo dos Santos foi considerado o 6º mais poderoso da economia portuguesa pelo ‘Jornal de Negócios’.

Clique aqui para ler o artigo publicado por Isabel Faria e Marta Martins Silva .

23 février, 2014

Estado da parceria estratégica entre Luanda e Lisboa.

Classé dans : Non classé — cabinda @ 22:45

Em Outubro de 2013, o presidente angolano José Eduardo dos Santos anunciou em Luanda, durante um discurso sobre o estado da Nação, na Assembleia Nacional de Angola, o fim da parceria estratégica com Portugal. De que trata-se concretamente ? A este respeito oiçamos o ponto de vista da redacção de TVi24(Clique aqui), tanto como a resposta portuguesa.

En octobre 2013, le président angolais José Eduardo dos Santos a annonçait à Luanda, à l’occasion d’un discours sur l’état de la Nation prononcé à l’Assemblée Nationale, la fin du partenariat stratégique avec le Portugal. Qu’est est-il exactement ? A cet effet, écoutons les commentaires de la rédaction de TV24. (Cliquez ici), ainsi que la réponse portugaise.

12345...41

Construire avec vous le du ... |
Bien Vivre ensemble l'aveni... |
COMMUNAL HAOUR FEYZIN 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Energie Nouvelle pour Heill...
| Michel TAMAYA 2008 Le BLOG
| servir connaux