• Accueil
  • > Archives pour novembre 2008

30 novembre, 2008

« Angolagate » : des commissions versées à des responsables de Luanda

Classé dans : Politique — cabinda @ 9:23

Pour la première fois depuis le début du procès de l’Angolagate il y a un mois à Paris, des millions de dollars offerts à une trentaine de dirigeants angolais ont été recensés lors de l’audience de mercredi dernier. A côté des virements bancaires ou d’argent liquide, ces officiels ont aussi bénéficié de séjours dans des palaces parisiens ou sur des bateaux de luxe au large de la Grèce, de soins médicaux, de frais de scolarité pour leurs enfants inscrits dans des universités britanniques très cotées… Bref, les enquêteurs ont mis au jour une pratique généralisée de commissions et cadeaux versés à des hauts responsables angolais par Brenco, la société de Pierre Falcone.

Selon l’accusation, le montant total des pots-de-vin perçu par des personnalités angolaises entre 1992 et 1996, s’élève à 305 millions de francs français (près de 45 millions d’euros), une manne dont le président angolais José Eduardo dos Santos aurait été l’un des bénéficiaires. Mais aucun responsable angolais n’est présent à ce procès de Paris. Depuis le début des ennuis judiciaires de Pierre Falcone en 2001 dans ce dossier de ventes d’armes à l’Angola, les relations entre Luanda et Paris ont été souvent grippées. Les autorités angolaises n’ont cessé de persuader Paris que l’Angolagate n’est qu’une « affaire purement française ». L’audience est suspendue la semaine du 11 novembre et reprend le 17 novembre au tribunal correctionnel de Paris.

Source: RFI

29 novembre, 2008

Angola: Presidente condiciona data eleições presidenciais a aprovação de nova Constituição

Classé dans : Politique — cabinda @ 18:26

O Presidente da República de Angola, José Eduardo dos Santos, condicionou hoje o calendário para as eleições presidenciais, até aqui apontadas para 2009, à aprovação da nova Constituição angolana, que considerou uma prioridade do MPLA.

José Eduardo dos Santos, que também preside ao maior partido angolano, o Movimento Popular de Libertação de Angola (MPLA), considerou que uma das prioridades desta força política para 2009 é fazer aprovar uma nova Constituição do país.

Ao intervir na abertura da reunião do Comité Central do MPLA, em Luanda, José Eduardo dos Santos adiantou que o partido, através da sua bancada parlamentar, vai propor a criação de uma comissão « ad hoc » na Assembleia Nacional que será encarregada de elaborar o projecto da Constituição e de « promover, eventualmente, a sua discussão alargada antes da aprovação pelo Parlamento ».

José Eduardo dos Santos afirmou que o Presidente da República será eleito a partir do que ficar plasmado na Lei Fundamental angolana, não fazendo qualquer alusão à eventual realização de eleições durante o ano de 2009 como, até aqui, tem sido apontado, inclusive pelo MPLA.

O líder do MPLA e Chefe de Estado admitiu que existem hoje na sociedade angolana duas correntes de pensamento quanto à forma como o Presidente da República deve ser eleito.

Uma dessas correntes, disse, aponta para a eleição do Presidente da República pelo Parlamento, « por sufrágio indirecto », e outra defende que devem ser os cidadãos a « eleger directamente » o Chefe de Estado através do sufrágio universal directo.

Sem apresentar a sua preferência, José Eduardo dos Santos disse apenas que vai ser a Constituição a aprovar durante o ano de 2009 a « definir a melhor via a seguir » e, assim, defendeu que se estará em condições de « elaborar o calendário para as eleições presidenciais ».

RB.

Lusa/fim

18 novembre, 2008

Une mission tripartite pour sensibiliser les réfugiés « angolais » présents au Congo sur le rapatriement

Classé dans : Politique — cabinda @ 20:13

Une récente visite de représentants du Gouvernement angolais en République du Congo a donné le coup d’envoi pour l’opération de rapatriement de quelque 2 900 réfugiés angolais qui ont fui leur pays pendant les trente dernières années pour échapper à la guerre civile dans leur pays natal.

Jeudi, 65 réfugiés ont été transportés par avion depuis Brazzaville vers la capitale angolaise, Luanda, dans le cadre du programme de rapatriement de l’UNHCR. L’agence pour les réfugiés prévoit de ramener un autre groupe de 200 réfugiés vers la province de Cabinda en Angola, par convoi terrestre, le 20 novembre. Cette opération durera jusqu’à fin 2006.

Le rapatriement de mardi a eu lieu après que des représentants de la République du Congo, de l’Angola et de l’UNHCR se soient rendus dans les départements de Kouilou et de Pointe Noire pour informer les réfugiés sur les conditions et les infrastructures pour la réception des rapatriés en Angola.

« Nous sommes venus vous apporter un message de paix, un message fraternel et vous informer que les conditions se sont améliorées dans votre pays pour que vous puissiez retourner chez nous, chez vous », a expliqué Feliciano Lopes Toco, Vice-Gouverneur de la province angolaise de Cabinda, aux réfugiés angolais.

Ces encouragements étaient nécessaires. Les personnes qui ont pris part à la mission des 21 au 25 octobre, incluant d’anciens réfugiés angolais, ont été frappées par le désir qu’ont les réfugiés de rentrer chez eux. Les anciens réfugiés ont décrit avec enthousiasme la situation en Angola et ont parlé de leur propre expérience du retour et de leur réintégration.

« Je suis reparti parce que j’étais convaincu que les conditions s’étaient améliorées dans le pays. J’ai profité de l’opération de l’UNHCR pour le rapatriement volontaire parce que c’était plus facile pour moi. J’ai pu ramener tous mes biens. Nous avons été transportés dans de très bonnes conditions et en sécurité. Là-bas, nous étions attendus comme des chefs », a affirmé Estevao Mangovo Macungo, qui a trouvé un emploi et a construit une maison.

A la fin de la mission tripartite, l’UNHCR a indiqué qu’auraient lieu des entretiens dans les prochaines semaines avec les réfugiés dans différents sites en République du Congo pour déterminer s’ils veulent ou non rentrer chez eux.

Les représentants des gouvernements et l’UNHCR se sont mis d’accord pour accélérer le processus afin que le rapatriement volontaire puisse avoir lieu dans les délais prescrits en réaffirmant leur rôle dans la création des conditions de protection, de transport, de réception et de logistique nécessaires pour le rapatriement et la réintégration des réfugiés dans leurs régions de destination finale.

Quelques réfugiés ont exprimé leurs préoccupations sur la situation sécuritaire en Angola. « Je veux bien repartir chez moi, même tout de suite, mais rassurez-moi, je ne vais pas revenir en courant comme les dernières fois. Rassurez-moi également que là-bas je pourrai cultiver librement comme je le fais ici sans être inquiété », a indiqué un des réfugiés participant à la réunion.

Matilde Barros de Lomba, directrice provinciale de la MINARS (Ministère de l’Assistance et de la Réinsertion sociale), les a rassurés : « Si les conditions n’étaient pas réunies, nous ne serions pas venus. Vous avez vu les films et les photos, c’est la réalité et nous avons besoin de tout le monde pour reconstruire le pays. »

Une autre mission tripartite aura lieu courant novembre pour rencontrer des réfugiés angolais présents dans d’autres régions. La République du Congo compte actuellement plus de 60 000 réfugiés. La grande majorité est venue du pays voisin, la République démocratique du Congo (51 000) ainsi que du Rwanda (6 500). Les réfugiés angolais sont le troisième plus grand groupe de réfugiés dans le pays.

Flore Mireille Mabika
À Brazzaville, République du Congo

Source : UNHCR

16 novembre, 2008

Images de la présence chinoise en Angola.

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 15:39

Après trente années de guerre civile, l’Angola est un pays dévasté. Des mines antipersonnelles jonchent les campagnes , 47% de la population a moins de 14 ans, et seul un homme pour dix femmes a survécu à la guerre. Alors, pour reconstruire le pays, la simplicité de la boucle est implacable : Pékin prète de l’argent à l’Angola qui emploit à son tour des entreprises chinoises, en prenant quelques dessous-de-table au passage en échange de quoi elle promet 30% de ses réserves de brut à la Chine.

Le pays est devenu, depuis 2007, le premier fournisseur de brut à la Chine, devant l’Arabie Saoudite et 70% de la population vit toujours en dessous du seuil de pauvreté.

Samuel BOLLENDORFF, avec Abel Ségrétin dans « Angola, pour quelques barils de plus… »

Cliquer ici pour voir la diapo.chinoisenangola.jpg

5 novembre, 2008

Barack Obama élu 44e président des Etats-Unis d’Amérique

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 20:21

obamapresident.jpgLa course à la Maison-Blanche s’est achevée  par une victoire du candidat démocrate Barack Obama.

A quoi ressemblera le cabinet d’Obama ? 

Pour constituer son équipe, Barack Obama devrait puiser en priorité dans le vivier des gouverneurs démocrates, des anciens de l’administration Clinton et des ténors de Chicago.

Parmi les gouverneurs et ex-gouverneurs démocrates, cinq fervents partisans d’Obama devraient hériter de fonctions importantes. Janet Napolitano (Arizona) est pressentie à la Justice, Kathleen Sebelius (Kansas) à l’Education, au Commerce, à l’Energie ou à la Santé, et Ed Rendell (Pennsylvanie) à l’Energie ou aux Transports. Tom Vilsack, ancien gouverneur de l’Iowa, pourrait être nommé à l’Agriculture, tandis que le prestigieux poste de secrétaire d’Etat pourrait échoir à Bill Richardson, gouverneur du Nouveau-Mexique qui a lui-même brigué l’investiture démocrate avant de rallier Obama. Plus surprenant, Robert Gates, secrétaire à la Défense sous l’administration Bush, pourrait être reconduit dans ses fonctions.

Selon toute vraisemblance, plusieurs anciens collaborateurs de Bill Clinton figureront dans l’équipe présidentielle. On évoque déjà les noms de Susan Rice, ex-sous-secrétaire d’Etat adjointe chargée des Affaires africaines ; James Steinberg, jadis conseiller adjoint à la Sécurité nationale ; Gregory Craig, avocat de Clinton ; Gene Sperling et Laura Tyson, conseillers économiques ; et Larry Summers et Robert Rubin, ex-secrétaires au Trésor.

John Podesta, secrétaire général de la Maison Blanche sous Clinton, a déjà été chargé de s’occuper du planning d’Obama pendant la délicate période de transition qui précède l’intronisation officielle, le 20 janvier prochain.

Rahm Emanuel, principal conseiller en politique intérieure de Clinton jusqu’en 1998, pourrait également occuper un poste important. On voit mal les plus proches collaborateurs d’Obama pendant sa campagne, les « Chicago boys » David Plouffe et David Axelrod, rester à l’écart. Enfin, le nom de Tom Daschle, ancien chef de la majorité au Sénat, circule pour la mission de chef de cabinet de la Maison Blanche.

Clara Baudel

1 novembre, 2008

Angolagate revela comissões em bancos portugueses

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 20:59

Mais de 21 milhões de dólares recebidos por altos responsáveis do regime angolano no caso que envolve o negócio ilícito da venda de armas da Rússia a Angola passaram por bancos portugueses em Lisboa e Almada, revela o jornal Público esta sexta-feira.

Os dados constam da lista de transferências bancárias do caso Angolagate, cujo julgamento começou em França no dia 6 de Outubro e que envolve altas figuras do Estado francês.

De acordo com o jornal, contas em bancos portugueses foram destinatárias de mais de 50 das 70 transferências listadas, somando mais de 21 milhões de dólares. Nesse conjunto, destacam-se a Caixa Geral de Depósitos (CGD) e o Banco Comercial Português (BCP).

No despacho de pronúncia do juiz Philippe Courroye, que o jornal diz ter visto, são elencadas as transferências bancárias que totalizam mais de 54 milhões de dólares (cerca de 41,5 milhões de euros ao câmbio actual), para contas de dignitários de Angola e pessoas próximas do regime de Luanda em comissões relativas a contratos de venda de armas entre 1993 e 2000.

Os beneficiários são responsáveis como José Eduardo dos Santos, Presidente angolano, o embaixador Elísio de Figueiredo ou o ex-chefe da Casa Civil da presidência José Leitão e a mulher e o filho deste, e altas patentes das Forças Armadas Angolanas, como os generais Salviano Sequeira e Carlos Alberto Hendrick Vaal Neto, hoje ligado a uma sociedade no negócio de diamantes, ou Fernando Araújo, general e também na altura conselheiro do Presidente, entre outras figuras. Também o general Fernando Miala, que foi chefe dos serviços secretos e fazia parte do círculo íntimo de Eduardo dos Santos, mas entretanto afastado e actualmente na prisão, aparece na lista dos beneficiários.

Fonte : Papas açordas

Contas em Lisboa e Almada

Os bancos portugueses são destinatários de mais de 50 das 70 transferências listadas, somando mais de 21 milhões de dólares. Nesse conjunto, destacam-se a Caixa Geral de Depósitos (CGD) e o Banco Comercial Português (BCP), citados como tendo recebido as somas maiores em depósitos únicos: 4,2 milhões de dólares em Maio de 1996, para uma conta em nome de Costa e Silva num balcão de Almada do banco público, e 1,8 milhões de dólares em Novembro de 1997 para uma conta de Fernando Araújo numa agência lisboeta do BCP.

Os restantes bancos citados como tendo recebido transferências para contas portuguesas são o Banco Bilbao Vizcaya, Banco Nacional de Crédito, Nacional Ultramarino (entretanto integrado na CGD), Banco do Comércio e Indústria e Totta & Açores (depois comprados pelo Santander), Pinto & Sotto Mayor (integrado no BCP) e Barclays.

De acordo com o processo, foi o empresário franco-brasileiro Pierre Falcone quem deu ordem para essas transferências, na maioria, a partir de contas da sua sociedade Brenco Trading Limited.

O caso implica altas figuras do Estado francês por enriquecimento ilícito e tráfico de influências. Tratava-se de uma vasta rede de intermediários, criada num contexto em que vigorava um embargo de armas a Angola. Dois dos 42 réus, o empresário Falcone e o milionário israelo-russo Arkadi Gaydamak, ambos intermediários dos negócios, são acusados de tráfico de armas.

As transacções mais importantes em valor, referidas nesta lista, como os 5 milhões de dólares transferidos para uma conta em nome do Presidente José Eduardo dos Santos ou os 10 milhões de dólares para Elísio de Figueiredo, embaixador em Paris e « representante pessoal do Presidente e seu mandatário para operações secretas financeiras » (como é descrito por uma testemunha-chave), são para o BIL (Banco Internacional do Luxemburgo) e o Discount Bank de Genebra, respectivamente.

Interrogado no âmbito do processo, Pierre Falcone afirmava que uma « comissão de Estado » de mais de 40 milhões de dólares tinha sido paga ao Estado angolano « muito oficialmente », lê-se no processo. No documento, o juiz contrapõe dizendo que « não foram encontradas transferências em dinheiro a favor do Estado angolano no débito das contas indicadas por Pierre Falcone » mas sim « o registo de várias transferências efectuadas a pessoas, membros ou pessoas próximas do Governo angolano, bem com a sociedades off-shore por eles constituídas ». Constatação que mais tarde terá levado Falcone a reconhecer que cerca de 30 angolanos tinham recebido fundos em contas no estrangeiro « para a defesa dos interesses nacionais » de Angola e « no quadro da logística da ZTS OSOS », ou seja, com base na lógica de que os responsáveis angolanos eram pagos para renovar contratos de compra de armas.

Construire avec vous le du ... |
Bien Vivre ensemble l'aveni... |
COMMUNAL HAOUR FEYZIN 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Energie Nouvelle pour Heill...
| Michel TAMAYA 2008 Le BLOG
| servir connaux