18 avril, 2010

Procuradoria-geral da República divulga lista de países para onde o dinheiro desviado está alojado.

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 11:20

desviodedinheiro.jpgSegundo o jornal de Angola desta sexta feira, 27 pessoas estão detidas, dos quais 18 são funcionários do Ministério das Finanças, do BNA e da Classe Empresarial envolvidos na transferência ilegal de mais de 137 milhões de dólares.

Segundo o magistrado foram identificadas contas domiciliadas em Portugal, Alemanha, China, Emiratos Árabes Unidos, particularmente para Dubai, Áustria, Suiça, Ilhas Caimão, Estados Unidos da América e outros países,

O Procurador Geral da República, João Maria de Sousa, citado pelo Jornal de Angola, disse que esta rede está relacionada com a transacção financeira ilegal com o exterior, foi detida, após denuncias de populares, uma das peças básicas do processo, Francisco Gomes Mangumbala, funcionário do BNA que desempenhava as funções de arquivista do Departamento de gestão de reservas.

Hugo Ramon Castro

15 avril, 2010

Les dessous du voyage annulé de M. Sassou à Pointe-Noire

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 15:55

L’annulation du voyage officiel que le Président Denis Sassou Nguesso devait effectuer à Pointe-Noire ne cesse jusqu’ici d’alimenter la chronique. Tout le monde en parle de Mpila jusqu’à la frontière de Tchiamba-Nzassi où les mesures de sécurité avaient été renforcées pour éviter des étincelles dans l’air.

Pourquoi le voyage du Président Denis Sassou Nguesso programmé depuis plus de trois semaines pouvait-il être subitement annulé ?

Ici et là, ont fusé des commentaires et des avis de plus en plus farfelus et ubuesques. Que pouvait cacher l’annulation du voyage du Président Denis Sassou Nguesso qui devait être  accompagné de son hôte de marque à Pointe-Noire ? Un deuxième scoop médiatique des FLEC ? Un coup de mains des jeunes incontrôlés de Mvoumvou ou du quartier MBota? Fausse note dans la sécurité ? Défaillance de la centrale à gaz ?

L’Emir du Qatar n’a pas osé fermer un seul oeil au Congo

Comme à l’accoutumée, tout avait été prévu et préparé d’avance.

A Brazzaville, des centaines d’éléments armés jusqu’aux dents et relevant de la direction générale de la sécurité présidentielle, Direction générale de surveillance du territoire, direction générale de la police nationale, direction  des renseignements généraux, directions des renseignements militaires, direction de la documentation présidentielle, du conseil national de sécurité avaient déjà précipitamment perçu des primes et des gros perdiems pour sécuriser la ville de Pointe-Noire, déjà sous contrôle, plusieurs jours avant l’arrivée de M. Sassou et son hôte de marque.

De leur côté, les grouillants agents du protocole national, habitués au «Matalana», à la fanfaronnade et aux fantaisies, s’affichaient à l’envi dans certains resto et VIP chauds de Ndji-Ndji sur mer où, des drapeaux et calicots aux couleurs du Congo et du Qatar, flottaient.

Deux jours avant, quelques groupes d’animations et plusieurs associations politiques s’étaient impliqués en mobilisant leurs «protégés» en vue de réserver comme au temps du mono un accueil délirant et enthousiaste à M.Sassou et  au Souverain Qatari, en séjour officiel  au Congo.

L’hospitalité congolaise tant vantée n’a pas eu raison de son calendrier «très chargé» à en croire quelques uns de ses « sujets».

A la grande surprise générale et à l’étonnement de tous, les choses ayant bougé du côté des services de renseignements et des professionnels du protocole, le séjour du Souverain Qatari n’aura été finalement qu’une affaire d’heures : il n’a pas passé une seule nuit à Brazzaville, ni à Pointe-Noire. Tous les dossiers et accords économiques ou commerciaux entre nos deux pays ont été signés presque à la va-vite et expédiés en moins de 3 heures.

Peu avant 23 heures 45, le Souverain Qatari a repris son avion pour repartir. L’hospitalité congolaise tant vantée n’a pas eu raison de son calendrier «très chargé» à en croire quelques-uns de ses «sujets» et quelques indiscrétions qui ont été véhiculées par certaines personnes qui avaient en charge le séjour du Souverain Qatari au Congo. Qui ne sait pas que dans notre pays même les personnalités qui sont tenues d’observer le droit de réserve, finissent toujours à un moment ou un autre pour paraître dans leurs milieux par lâcher certains secrets d’Etat ? Une sale habitude.

Tous ceux qui s’étaient rendus en masse à Pointe-Noire, sont revenus à Brazzaville, les poches pleines de billets de banque et les sourires aux lèvres.  La mission n’a plus eu lieu, mais l’argent avait déjà été décaissé : Bonus !

Qu’est-ce qui a justifié ce changement brutal et inattendu,  qui a vraiment bouleversé à la surprise de tout le monde le programme du séjour officiel du Souverain ? Se serait-il senti en insécurité au Congo et notamment dans nos hôtels de Brazzaville où rodent très souvent certains barbouzes, agents doubles, marchands de la mort ? Qui sait ?

Tous les dossiers et accords entre nos deux pays ont été signés et expédiés en moins de 3 heures du temps Aurait-il été étonné d’atterrir à Brazzaville, la capitale d’un pays producteur de pétrole depuis bien des années, mais qui présente encore l’image d’un village ou d’une ville archaïque, sans échangeurs et périphériques routiers ? Aurait-il eu peur de passer la nuit dans une ville très mal éclairée et où la misère sociale et la  pauvreté ambiante se côtoient, une ville où les rues et les avenues très sales et très étroites, etc., font bon ménage ?

Aurait-il eu également peur des indépendantistes Cabindais du FLEC qui ne s’avouent pas encore vaincus, battus et neutralisés ?

La proximité de la province angolaise du Cabinda avec la ville de Pointe-Noire n’aura-t-elle pas poussé les services de Sécurité et du Protocole du Souverain Qatari à écourter tout simplement son séjour au Congo?  Qui sait ?

Dit-on que les derniers rapports sécuritaires avaient, semble-t-il, souligné et pressenti «ce risque permanent» ?

Les services spécialisés en la matière auraient-ils émis quelques «réserves» quant à l’arrivée et surtout au séjour du Président Sassou et de son hôte à Ponton sur mer où certains colonels sont encore en prison pour un dossier puant l’odeur des indépendantistes du FLEC ?

A en croire, un colonel de la Garde Présidentielle qui a requis l’anonymat, le Souverain Qatari a écourté son séjour et quitté le Congo après l’annonce du décès brutal de son cousin survenu au cours d’un crash aérien  (…). Rien. Absolument rien ne semble rassurant pour convaincre les plus sceptiques.

Voilà autant de questions non résolues et de non-dits qui ont compliqué la tâche des uns et des autres. L’Emir du Qatar a mis tous les Congolais dans le suspens en quittant presque à la sauvette  notre pays. Qui dit mieux ?

Pour tenter de lever une partie du voile et surtout éclairer tant soit peu la lanterne des lecteurs, la rédaction de «Talassa», très fouineuse à son habitude, tente ici de circonscrire et de plancher sur les raisons officielles ou officieuses qui ont conduit à l’annulation brutale du séjour de M.  Sassou au bord de l’océan, à Pointe-Noire, une ville assez curieuse avec ses non-dits, secrets et mystères (…).

L’insécurité à Pointe-Noire et ses alluvions…

Depuis quelques mois, la ville de Pointe-Noire connaît un climat d’insécurité assez inhabituel et particulier pendant que la prostitution, le crime organisé, les incarcérations politiques où liées aux affaires de magouille, de détournement de deniers publics et de fraude laissent indifférents et insensibles  tous les policiers et gendarmes réunis.

En effet, ici et là, de jour comme de nuit, des cas de braquage et de grand banditisme sont perpétrés par quelques inciviques qui errent encore dans la nature. Protéger certainement par les officiers supérieurs nés dans les maternités des villages qui veulent mourrir aux affaires.

Et, dans certains points chauds de la ville, la présence très remarquée des policiers et des gendarmes ne décourage nullement les criminels impénitents qui écument les foyers criminogènes.

5L’arrestation de la Veuve Thystère Tchicaya et ses répercussions

L’arrestation de la veuve Thystère Tchicaya pour des raisons pas trop claires a été vite épinglée par certains observateurs qui craignent que cette dame «de fer» avec toutes ces  associations de tout genre ?

Aussi, le courage et chauvinisme débordants des centaines de jeunes, membres de ses associations, ont fait planer des doutes dans la mémoire de ceux qui craignent de revivre les scenarii insolites et très dramatiques des fameux «Enfants de Mvoumvou».

Sur le plan strictement religieux, à Pointe-Noire, les deux tendances antagonistes de l’Eglise Kimbanguiste pouvaient profiter du séjour du Président Sassou Nguesso pour se rivaliser en live, se neutraliser dans le but de réveiller certains démons.

L’arrestation arbitraire du colonel Cosmas Nzaou et Cie, en catimini,  pouvait  bien remuer le couteau dans la plaie….

Il n’est un secret pour personne, qu’après l’attentat du 8 janvier 2010 contre le bus transportant les footballeurs togolais, quelques cadres administratifs ou/et militaires  jetés à la Maison d’arrêt de Pointe-Noire, après avoir passé du tremps  à la DDST.           Au nombre des Vilis se trouve le colonel  Cosmas Nzaou qui, jusqu’ici, attend impatiemment une quelconque suite à son triste sort. Certains Vilis attendaient impatiemment M. Sassou.

L’agitation sociale ou de trouble à l’ordre public était paisible à Pointe-Noire ou ses environs immédiats à l’arrivée ou pendant le séjour de M. Denis Sassou Nguesso et son hôte dans la  ville océane.

Le Président de la République et son hôte Qatari n’ayant pas effectué le voyage de Pointe-Noire, comme prévu, le ministre en charge de l’Energie et de l’Hydraulique, M. Bruno Jean-Richard Itoua qui a effectué quand même le déplacement de Pointe-Noire pour l’inauguration de la nouvelle centrale de production d’électricité.

Cette centrale ultra moderne est appelée à réduire le nombre de délestages sauvages pratiqués parla SNE, qui compliquent la vie des milliers de Ponténégrins, plongés dans l’obscurité.

Ghys Fortuné DOMBE BEMBA

« TALASSA »

19 février, 2010

Détournement à la Banque Centrale angolaise: 18 arrestations

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 16:08

Dix-huit personnes ont été arrêtées pour le détournement de 137 millions de dollars à la Banque centrale angolaise, a déclaré jeudi à l’AFP le procureur général sans exclure la possible convocation de ministres dans le cadre de l’enquête,Les personnes interpellées, des petits employés de la Banque centrale ou du ministère des Finances, sont soupçonnées d’avoir transféré les fonds entre septembre et novembre 2009 vers « plusieurs pays dont le Portugal, l’Allemagne, la Chine, Dubai, l’Autriche, la Suisse, les îles Caïman et les Etats-Unis », a expliqué Joao Maria de Sousa.

Les enquêteurs ont récupéré environ 100 millions de dollars et saisi plusieurs voitures de luxe, des BMWs, Bentleys et des Porsches dans le cadre de leurs investigations, a-t-il précisé.

Interrogé sur la possibilité de voir des ministres entendus dans cette affaire, il a répondu: « n’importe qui peut-être convoqué dans le cadre de l’enquête. »

« Tous les citoyens sont égaux aux yeux de la Loi », a-t-il poursuivi, alors que les rumeurs enflent sur l’implication de plusieurs officiels.

En décembre, le président José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 30 ans, a prôné une politique de « tolérance zéro » envers la corruption. Il a également annoncé la semaine dernière un nouvel arsenal judiciaire dans ce domaine.

L’Angola, qui rivalise avec le Nigeria pour la place de premier producteur de brut en Afrique, est classé au 18e rang des pays les plus corrompus par l’ONG Transparency International.

Par BONGOS ROGER – Publié dans : Afrique Australe

18 janvier, 2010

TOGO: Hommage national aux deux disparus de Cabinda

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 10:44

adieuvictimes.jpg

     
Une cérémonie d’hommage national aux deux disparus de Cabinda s’est déroulée vendredi sur l’esplanade du Palais des Congrès de Lomé, en présence du Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, ont constaté des journalistes de l’Agence Savoir News.

Amélété Abalo (55 ans), coach adjoint et le chargé de communication de l’équipe nationale de football, Stanislas Ocloo (35 ans) sont morts suite à l’attaque perpétrée vendredi dernier par des rebelles angolais dans l’enclave de Cabinda, contre les bus de l’équipe nationale qui se rendait à la CAN..

Le Premier ministre, Gilbert Houngbo et son cabinet, le président de l’Assemblée nationale, Abass Bonfoh, des députés de tous bords, des diplomates et les familles des victimes en larmes ont assisté à cette cérémonie.

Une délégation angolaise conduite par le ministre des affaires étrangères, était également présente.

Après un dépôt de gerbes de fleurs aux pieds des deux cercueils recouverts de drapeau togolais, et l’exécution de la sonnerie aux morts, M.Gnassingbé a décoré à titre posthume les deux victimes, au rang de l’Officiers de l’ordre du Mono’, avant de se prêter à l’hymne national.

« Les mots nous manquent pour exprimer notre état d’âme. Vous nous quittez quand nous avons plus besoin de vous », a déclaré dans son oraison funèbre, Emmanuel Shéyi Adébayor, le capitaine de l’équipe nationale.

« Chacun de vous a marqué l’ensemble des Eperviers. En vous accompagnant à votre dernière demeure, nous nous engageons à remporter davantage de victoires dans le futur », a-t-il ajouté.

Rock Gnassingbé, le président sortant de la fédération de football, s’est lui indigné du « destin lugubre qui poursuit l’équipe nationale ».

« Vous êtes morts en martyrs pour le triomphe du football togolais »,a déclaré pour sa part Christophe Tchao, le ministre des Sports.

Après la série d’oraisons, les deux cercueils ont été portés à bouts de bras – comme à l’arrivée – par des hommes en équipement des Eperviers vers deux corbillards militaires sur le rythme d’un chant d’adieu exécuté par la fanfare du Régiment de Soutien et d’Appui (RSA).

Stanislas Ocloo et Amélété Abalo seront inhumés respectivement le 23 janvier et le 30 janvier prochain, a appris l’Agence Savoir News auprès de leurs familles.
Erick KAGLAN

15 janvier, 2010

Governo angolano apresenta nota de protesto às autoridades francesas

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 11:08

minrexdosanjos.jpgO governo angolano apresentou hoje (quinta-feira), em Luanda, uma nota de protesto às autoridades francesas pelo facto destas não condenarem, com veemência, e accionarem os mecanismos desejáveis contra o cidadão que assumiu a autoria moral e material do ataque de 8 de Janeiro contra à caravana do Togo na fronteira em Cabinda.

Segundo o ministro das Relações Exteriores, Assunção dos Anjos, que falava em conferência de imprensa por este motivo, foi igualmente convocado hoje o
representante do governo francês acreditado em Angola a quem foi apresentada uma nota de protesto do Governo Angolano em relação a este ataque terrorista,  ocorrido na província de Cabinda.

Assunção dos Anjos sublinhou que o protesto foi apresentado pelo facto de este cidadão circular livremente naquele país e as autoridades angolanas não sentiram  que efectivamente a França tivesse despoletado os mecanismos judiciais para por termo a vontade de prosseguirem com estas acções.

Segundo o ministro, uma vez que a França é um país que matem relações de cooperação e de amizade com Angola esperava-se da parte desta outro tipo de actuação relativamente a “um acto tão gravosso e atentatório aos ideais mais nobres da humanidade”.

“É preciso não esquecer que a caravana do Togo vinha participar numa festa da juventude, da paz e estabilidade, no sentido de dar uma imagem de África diferente”, referiu.

Disse que “num ano em que a convivência desportiva está voltada para o continente africano, existe uma festa em Angola de confraternização entre a
juventude africana e, em Junho, com a juventude mundial, onde se pretende realçar valores de solidariedade”.

Por outro lado, referiu que através da Procuradoria Geral da República (PGR), o Governo Angolano instaurou um processo crime em Angola contra os autores materiais e morais deste acto terrorista, ocorrido em Cabinda.

Acrescentou que este procedimento permitirá, nos seus termos, que seja intentada acções junto dos órgãos judiciais em França e na Suiça, uma vez que este acto foi reivindicado por um cidadão a partir do território francês.

Para o ministro, acções veemente deveriam ser desenvolvidas para que se possa por cobro a atitudess desta natureza que minam e atentam a vida humana. Em relação a  atitude do ministro dos Negócios Francês, disse que era expectável que este, que no período do ataque visitava a região central de África, condenasse com veemência um acto terrorista desta dimensão.
FONTE: ANGONOTICIAS

12 janvier, 2010

Bento Bembe: FLEC deve integrar lista de organizações terroristas internacional

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 20:07

Essa é a posição é defendida hoje pelo ministro angolano Bento Bembe, antigo dirigente da Flec-Renovada e hoje ministro sem pasta em Angola

O ministro sem pasta do Governo angolano, Bento Bembe, disse hoje à Agência Lusa que Luanda está a desencadear esforços para que a FLEC seja integrada na lista das organizações terroristas pela comunidade internacional. Bento Bembe adiantou à Lusa que este objectivo está a ser traçado perante a evidência de que a Frente de Libertação do Enclave de Cabinda, que reivindicou um ataque na sexta-feira em Cabinda, atingindo membros da selecção de futebol do Togo, visa « atacar a democracia angolana escolhendo como alvo cidadãos estrangeiros e inocentes ». »São elementos que ameaçam a segurança do Estado angolano escolhendo como alvos, como foi o caso da comitiva do Togo, em Cabinda, símbolos nacionais de outros países, bem como estrangeiros que se encontram na província de Cabinda », apontou Bento Bembe.

« É imperativo que estas pessoas sejam condenadas e capturadas também com a ajuda da comunidade internacional », disse o ministro Bento Bembe, que também preside ao Fórum Cabindês para o Diálogo (FCD), que desde 2005 encetou negociações directas com o Governo de Luanda.

« Nestes casos, como noutros, como a Al-Qaida ou a ETA em Espanha, deve imperar a solidariedade internacional, não só porque este grupo terrorista (FLEC) visa fragilizar a democracia em Angola e o Estado de Direito, mas também cidadãos estrangeiros e mesmo representantes nacionais, como foi o caso do ataque a comitiva do Togo », notou.

O ministro reafirmou ainda que a FLEC, como organização independentista já não existe e os elementos actualmente activos « usam por vingança, a sua designação com fins ignóbeis ».

A selecção do Togo abandonou no domingo a CAN2010, na véspera da data em que se deveria estrear na principal prova de futebol do continente africano.

No ataque de sexta-feira, morreram o treinador-adjunto e o assessor de imprensa da comitiva do Togo.

9 janvier, 2010

Cabinda: Número de mortos em atentado sobe para três Lusa

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 21:11

stadenationaldechiazicabinda101.jpgO número de mortos provocado pelo ataque terrorista, reivindicado pela FLEC, à selecção do Togo, em Cabinda, na sexta-feira, subiu para três, depois de dois feridos graves não terem resistido, de acordo com a RTP.

O treinador-adjunto da equipa, que tinha sido atingido a tiro no abdómen, e um jornalista que viajava com a comitiva morreram este sábado, no hospital de Cabinda, em Angola. As vítimas somam-se assim ao motorista do autocarro da selecção do Togo, que morreu logo no ataque.

O ambiente em Cabinda amanheceu calmo, segundo fontes locais, num dia em que o primeiro-ministro angolano vai reunir-se com o presidente da Confederação Africana de Futebol, no sentido de garantir a segurança do torneio da Taça das Nações Africanas (CAN2010), que está previsto começar este domingo.

Entretanto, a Human Rights Watch alertou, em comunicado, para o perigo de o governo angolano poder vir a retaliar o atentado de sexta-feira contra a selecção do Togo, reivindicado pela FLEC. A organização de Direitos Humanos teme que a repressão seja indiscriminada, como aconteceu no passado, atingindo civis.

O governo angolano condenou a operação militar do braço armado da FLEC na sexta-feira, considerando-a um «ataque terrorista», e garantiu a realização da prova. O comunicado oficial foi lido na Televisão Pública de Angola pelo ministro da Comunicação Social, Manuel Rabelais.

O texto do governo de Luanda adianta ainda que os elementos da FLEC que protagonizaram o ataque junto à fronteira da República do Congo e a província angolana de Cabinda deslocaram-se desde o país vizinho para território angolano e regressaram após a operação.

As Forças de Libertação do Estado de Cabinda/Posição Militar (FLEC/PM) reivindicaram o ataque à escolta militar da comitiva da selecção de futebol do Togo na região de Massabi, naquela província angolana disputada pelo movimento separatista.

«A resistência das FLEC/PM realizou um ataque no sector de Massabi contra as Forças Armadas Angolanas, que escoltavam a selecção nacional do Togo», diz um comunicado, assinado por Rodrigues Mingas, secretário-geral da organização, «em representação do Estado maior operacional das FLEC/PM».
Fonte:Angonoticias / Lusa

11 décembre, 2009

Cabinda: Quatro anos de maré negra

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 21:05

4anosmareanegra.bmpMais de 340 barris de fluido sintético foram derramados ao longo dos últimos quatro anos, (6/2004-2008) apurou O PAÍS junto de fontes ambientais. Dados avançados pela Direcção Provincial da Agricultura, Pescas e Ambiente, apresentados ao então governador de Cabinda, Aníbal Rocha, em finais de 2008, apresentam 37 notificações de derrames e um total de 345, 34 barris de crude derramados nos mares da província mais ao norte do país.

O maior derrame de fluido de sondagem de base de sintético ocorreu na Sonda KCAD Ben Rinnes com 100 barris, no dia 8 de Setembro do ano passado.

Os outros piores derrames aconteceram no dia 17 de Março do ano passado, particularmente o fluído de sondagem de base sintético na Sonda Richardson Transocean, onde foram despejados 77 barris, e uma mancha de petróleo na GSM com 75 barris, que ocorreu cinco dias antes.

No Tanque Nemba 30006 também foram derramados mais de 70 barris, segundo o documento a que tivemos acesso, onde o tipo de derrame é classificado também como mancha de petróleo, em Fevereiro de 2007.

Da Sonda Adriatic V, com o tipo de derrame fluido de sondagem biodegradável, vazaram 58 barris em Janeiro de 2007. No mês anterior do mesmo ano, registou-se um outro derrame de fluido de sondagem de sintético na Sonda de Adriatic-II, com 25 barris Fevereiro. Esse número foi ultrapassado em 2006, com uma mancha de petróleo registada no rio Zaire.

Outros registos foram apresentados ao então governador, com realce para os derrames da Sonda ‘Pride Cabinda’, em Junho de 2004, com 24 e Campo Kambala Livuite, com 18,54, na República Democrática do Congo.

Aconteceram mais vazamentos na Sonda ‘Pride Cabinda’, Campos Kambala e Livuite, GS Hotel, praia do Lândana, Sonda Richardson da Transocean, Numbi, Sonda Adriatic I-II e V, assim como GS Mike, foz do rio Chiloango e Farol.

A origem apresentada pelo Departamento Provincial do Ambiente foi os Bloco O com mais de 20 casos, RD. Congo (5), Bloco 14 (4), Malongo Campo (3), Perenco R. Congo (2), Nkossa R. Congo (1). Três derrames tiveram origem desconhecida.
Fonte:
Angonoticias

6 novembre, 2009

Escândalo nas eleições na Alemanha: Militante angolano da CDU na Alemanha vive sob protecção policial

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 17:43

O angolano Zeca Schall, que faz parte das listas do partido às próximas eleições, foi convidado pelo NPD, a regressar a África.

Na página de internet do partido neonazi é possível ler que farão uma pequena visita à sua casa para passarem a mensagem.

Schall sente-se tocado pelas ameaças e afirma: “Esta campanha contra mim é uma campanha contra mim e toda a CDU de Turíngia e na Alemanha em geral, mas também contra outros partidos democráticos em todo o país.”

A polícia alemã considera as ameaças sérias e decidiu colocar o candidato sob protecção, enquanto a federação regional da CDU processou o NPD por incitar ao racismo.

Schall vive na Alemanha desde finais da década de oitenta e adquiriu nacionalidade alemã, agora figura nas listas locais da CDU, a Turíngia, ao lado de Dieter Althus, o líder do governo regional.

Video Euronews

10 août, 2009

Angola: Hillary Clinton pede investigação contra crimes de direitos humanos e eleições presidenciais « a tempo » (ACTUALIZADA)

Classé dans : Politique,Société — cabinda @ 16:02

09 Ago (Lusa) — A secretária de Estado norte-americana, Hillary Clinton, disse hoje em Luanda esperar que Angola faça a investigação e possa punir os crimes de abuso dos direitos humanos e realize a tempo as eleições presidenciais.
A secretária de Estado norte-americana, Hillary Clinton, disse em Luanda esperar que Angola faça a investigação e possa punir os crimes de abuso dos direitos humanos e realize a tempo as eleições presidenciais.

« Nós esperamos que Angola vá capitalizar sobre a realização no ano passado das eleições (legislativas) e que vá adoptar a nova Constituição, investigar e punir os crimes de abuso dos direitos humanos, e realizar a tempo as eleições presidenciais », salientou Hilary Clinton.

A secretária de Estado norte-americana falava aos jornalistas durante uma conferência de imprensa, após as conversações oficiais entre as delegações dos dois países, no âmbito da visita de dois dias que realizava a Angola.

1234

Construire avec vous le du ... |
Bien Vivre ensemble l'aveni... |
COMMUNAL HAOUR FEYZIN 2008 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Energie Nouvelle pour Heill...
| Michel TAMAYA 2008 Le BLOG
| servir connaux